Rakotonomen jonahary Dieudonné

Rakotonomen jonahary Dieudonné

Ndrematoa ou Rakotonomenjanahary Dieudonné, est né en 1956. Vers l’âge de six ans, dans la rue, il dessine déjà avec un morceau de charbon. Autodidacte jusque dans l’invention de sa technique, il traçait les silhouettes à partir des ombres avant de compléter les dessins qu’il réalisait. À force de travail, sans formation classique, il est devenu professionnel en 1978. Il a publié différentes bandes dessinées au début des années 80, époque où il était aussi caricaturiste au quotidien Atrika et l’hebdomadaire Vaovao. En 1984, il propose trois planches au Concours organisé par le CCAC de Tananarive et remporte le Premier Prix du festival de la BD avec “Cap sur l’île Bourbon”. Peu après, il est invité au XIIIe festival d’Angoulême, avec son collègue Richard Rabesandratana, pour représenter les îles de l’océan indien. C’est la première fois que des dessinateurs africains sont invités dans ce célèbre festival. Il participera plus tard au festival “Bienvenue” à Djibouti. Fortement influencé par Morris et Gotlib, il renouera avec la caricature pour la revue Capricorne, disparue en 1997. En janvier 2005, Ndrematoa a exposé ses planches au CCAC de Tananarive ainsi qu’un album de 32 pages, “Citron”, édité par le CCAC. En juin 2005, il est présent au Festival Gasy Bulles, le grand rendez-vous de la BD malgache. Ndrematoa nourrit son imaginaire en puisant dans le banal, le quotidien sordide de ce qui pourrait ressembler à une ville malgache peuplée d’anti-héros. Qu’il s’agisse du “Sensé” à la poursuite inutile de la richesse, vautré dans son lit à cuver son rhum, entouré d’une marmaille maltraitée, de petits voleurs à la tire, d’un mari envahi par sa femme, c’est le petit peuple qu’il décrit sans complaisance au cœur d’un univers urbain glauque et impitoyable. Son dessin nerveux, en noir et blanc, tout en mouvement, est à la fois drôle et pathétique, tendre et corrosif, dégageant un dynamisme […]

  • Male
  • 1