Umar Timol

Umar Timol

Umar Timol naît le 1er août 1970 à Réduit (Île Maurice). Sa mère, Sarah, l’initie à l’amour des livres ; il dit n’en être toujours pas revenu. Après quelques années sur les bancs du John Kennedy College à Beau-Bassin, Umar Timol part poursuivre ses études à l’université de Londres.

Au cours de ses études, il découvre Anita Desai, Césaire, Lautréamont, Rumi, Edward Said, Chomsky, David Lodge, Alain de Botton et bien d’autres auteurs. Enflammé par la lecture de Baudelaire, il envisage de se mettre à l’écriture poétique, mais se juge préalablement trop présomptueux. De retour à Maurice en 1993, il chôme pendant quelques mois, exerce par la suite divers métiers avant de mettre sur pied une petite entreprise.

Grâce au soutien du poète Sedley Assonne, Umar Timol publie en 1998 ses premiers poèmes dans les pages culturelles du quotidien mauricien, L’Express. Il contribue ensuite des poèmes à l’Anthologie de la nouvelle poésie mauricienne, recueil de 1999 qui réunit les textes de cinq jeunes poètes mauriciens. En 2003, L’Harmattan, dans la collection Poètes des Cinq Continents, édite sa Parole Testament, avec une préface d’Ananda Devi. En 2004, il publie un poème d’inspiration mystique, Sang (L’Harmattan).

Si Umar Timol affirme que « la littérature est un impératif de vie et de sens », il reconnaît que « c’est un travail ardu qui réclame de l’abnégation et de la persévérance ».

L’ambition du poète, dit-t-il, « est de parvenir à publier quelques recueils de qualité avant d’aller croupir parmi les vers… [Son] rêve, inavouable et dérisoire, est de laisser une trace ».

  • Male
  • 1